• Mendy's team

Le Besh''t du Motsec''h: Le poid d'un regard ! 

Rabbi Israël Baal Shem Tov raconta un jour à ses disciples l'histoire suivante:

Il y avait autrefois deux voisins, un érudit de la Torah et un ouvrier appauvri.

Le savant se réveillait avant l'aube, se précipitait vers la shul et étudiait pendant plusieurs heures. Il priait ensuite longuement et avec beaucoup de dévotion, se précipitait chez lui pour un petit-déjeuner rapide et retournait au beth amidrash pour plus d'heures d'étude... Après le repas de midi, il allait au marché et se livrait à des transactions minimales - juste assez pour lui permettre de subvenir à ses besoins fondamentaux - puis retournait dans la salle d'étude. Après les prières du soir et le repas du soir, il s'employait a l'etude des livres sacrés jusque tard dans la nuit... Son voisin se réveillait également tôt, mais sa situation ne lui permettait pas d'étudier la Torah: peu importe combien il fesait d'effort pour gagner sa vie, il réussissait à peine à mettre du pain sur la table. Il priait rapidement avec le premier minyan au lever du jour, puis son travail lui prenait toute la journée et la majeure partie de sa nuit. Le jour du Shabbat, quand il avait enfin l'occasion de prendre un livre entre ses mains, il ne se passait que quelques instants avant qu'i tombe d'épuisement...

Lorsque les deux voisins se croisaient dans la cour, le savant jettait au travailleur un regard de mépris et se précipitait vers ses saintes occupations. Le pauvre ouvrier soupirait et pensait à lui-même: ''quel malheur est mon sort, et quel bonheur est le sien. Nous nous dépêchons tous les deux, mais il se précipite vers la salle d'étude pendant que je m'en vais à mes fardeaux banals.''

Puis, il arriva que les deux hommes terminèrent leur séjour sur terre et que leurs âmes se tinrent devant la cour céleste, où la vie de chaque homme est pesée sur la balance du jugement divin.

Un ange-avocat plaça les nombreuses vertus du savant dans la coupe droite de la balance: ses nombreuses heures d'étude de la Torah, ses prières méditatives, et son honnêteté. Mais alors vint l'ange accusateur, et plaça un seul objet de l'autre côté de la balance - le regard de mépris que le savant envoyait occasionnellement au voisin. Lentement, le côté gauche de la balance a commencé à plonger, jusqu'à ce qu'il égalise, puis dépasse, la formidable charge à droite. Lorsque le pauvre ouvrier vint devant la cour céleste, le procureur a chargé sa misérable vie, spirituellement vide, sur la balance de gauche. L'ange défenseur n'avait qu'un poids à offrir: le soupir douloureux que l'ouvrier émettait lorsqu'il rencontrait son savant voisin. Mais placé sur le côté droit de la balance, le soupir contrebalançait tout sur le côté négatif, soulevant et validant chaque moment de détresse et de misère de la vie de l'ouvrier... Chavoua Tov a tous, et a bietot chez Mendy's N'hesitez pas a consulter notre rubrique ''VOS QUESTIONS'' pour kiffer encore un peu avec nous :) https://www.mendys.fr/vos-questions Mashia'h Now !!

Soutenez Mendy's
Nous voulons Machiah' maintenant !