• Mendy's team

122 ans d'études dans les yeshivot Tom'hei Tmimim, Une histoire merveilleuse...

Mis à jour : 1 déc. 2019

Aujourd'hui on es le 18 Elloul, on l'a vu dans notre article d'hier, ce n'est pas une date anodine ,

C'est, en plus d'etre l'anniverssaire du Baal Chem Tov et de l'Admour Hazaken, le jour ou debuta l'etude dans la premiere Yeshiva 'Habad a Loubavitch

Pour l'occasion, voici une jolie histoire ou l'on peut voir quel est le merite de ceux qui soutienne la Yeshiva ... Meme au prix d'un don de soi particulier ...


Le Rav Tzvi Gurary était le riche propriétaire d'une grande usine à Krementshog, en Russie. Il était également un célèbre 'hassid Loubavitch.


Une fois, il acheta un grand manoir, appartenant auparavant à un général russe fortuné, qui s'était retiré du service militaire. C'était un bâtiment de deux étages avec un magnifique jardin. Le rez-de-chaussée était décoré de vases en marbre coûteux et de toutes sortes d'ornements.


Reb' Tzvi a demandé une permission spéciale pour voir le Rabbi Shalom-DovBer de Loubavitch afin de recevoir une bénédiction pour son manoir récemment acheté.


Le Rabbi a donné sa bénédiction et a ajouté: "Puisque toi et ta femme êtes seuls là-bas et que vous n'avez vraiment pas besoin d'une maison aussi grande, je vous suggère d'autoriser les garçons de la Yeshiva Tomchei Tmimim à utiliser votre rez-de-chaussée comme dortoir et vous utiliserez les chambres de l’étage supérieur. "

Reb' Tzvi a accepté la proposition du Rabbi. La décision n’a peut-être pas été facile, car il était bien conscient du fait que les garçons ne tiendraient probablement pas la maison dans son état actuel, mais il avait une très grande confiance en son Rabbi et ne posa aucune question ni objections.




Dès le premier jour de leur arrivée, les garçons ont cassé tous les beaux vases décoratifs en bas, jeté leurs effets personnels un peu partout et ont fait un gros bazar en général.


Reb' Tzvi a accepté le "décret" et les a laissés rester sans aucun commentaire. Il ne réalisait pas alors que suivre les conseils du Rabbi allait lui sauver la vie...


Un jour, les bolcheviks ont envahi la ville. Leur premier objectif était de mettre la main sur les gens riches afin de les voler et de les tuer. Reb' Tsvi n'était pas seulement riche, il était Juif; et à leurs yeux c'était une proie encore plus bienvenue.


Quand les bolcheviks ont commencé a enfoncer la porte une nuit pour tenter de s'introduire dans sa maison, il a sauté du lit, vêtu seulement d'un pyjama et a dévalé les escaliers. Il s'est jeté sous la couverture d'un des garçons de la Yeshiva. Le garçon comprit le danger et continua de "dormir" avec le reb' Tzvi à ses côtés.


Les bolcheviks ont trouvé les garçons qui dormaient au rez-de-chaussée, les ont laissés tranquille et ont pris d'assaut les escaliers. Ils n'ont pas trouvé leur victime et au bout d'un moment ils ont quitté la maison. Dans ses pensées, Reb' Tsvi a adressé ses sincères remerciements au Rabbi pour l'avoir sauvé par ses conseils. Il a saisi la première occasion pour s'échapper de la ville.


Cependant, les garçons de la Yeshiva qui sont restés dans le bâtiment se sont retrouvés en difficulté. La maison, qui ressemblait à un palais, risquait d’être livrée pour un "usage général" et ils ne seraient plus autorisés à y rester. Il était peu probable qu'ils soient capables de trouver un autre endroit approprié comme dortoir.




Suivant les conseils de leur mashpia (mentor spirituel de la yeshiva), ils se sont organisés pour réciter ensemble des Psaumes, en particulier le chapitre 119, en disant les huit versets commençant par les lettres beith, yud et tav, qui orthographient bayit, le mot hébreu pour maison.


Et voici, pour une raison qui n’a jamais été expliquée de manière satisfaisante, ils n'ont pas été forcés de quitter la maison. Ils ont résidé dans le manoir pendant une longue période jusqu'à ce qu'ils soient finalement en mesure de réorganiser la Yeshiva...


N'hesitez pas a consulter notre article sur 'Hay Elloul en cliquant ici


Smile 😀

Soutenez Mendy's
Nous voulons Machiah' maintenant !